objet dada

Sophie Taeuber-Arp Tête Dada 1918-1919. Bois tourné et peint.
Centre Pompidou-Musée national d'art moderne - Paris

A travers les âges, l'homme a su trouver dans son environnement pratique des formes d'expressions nouvelles. Silex, os, crânes, galets, cendres, bois morts... ont servi son imagination, prolongé sa main pour servir un autre dessein tout aussi essentiel à sa survie, la création artistique. Les artistes du 20ème siècle récupèrent tous types de matériaux, parmi les plus classiques, journaux, papiers ou parties d'objets intégrées - selle de vélo, guidon... et forment des sculptures cf. Pablo Picasso - Tête de Taureau.

Marcel Duchamp fût un des premiers à partir de 1913 à révolutionner l'art en affranchissant l'artiste de fabrication manuelle pour se concentrer sur un travail de conception. Il invente le concept de "ready-made". L'objet trouvé devient objet d'art. La Fontaine - composée d'un urinoir renversé - est le plus célèbre des ready-mades de Duchamp. Pour l'inauguration d'une exposition où son oeuvre n'a pas été sélectionnée, un de ses amis, riche collectionneur, réclame la Fontaine. L'histoire fait scandale. Selon Duchamp, l'idée prévaut sur la création.


 


Le mouvement Dada* et les Surréalistes* dans les années 1920 à 1930 utilisent l'objet pour composer des oeuvres à forte symbolique. Un nouveau genre artistique né de l'association et la composition d'objets. Salvador DALI dès 1930 créé des assemblages surréalistes chargées de symboliques - 1932 Le soulier de Gala.

  



En 1960, les Nouveaux Réalistes Arman, César, Spoerri ,Tinguely, Klein... investissent le champ des objets de consommation. L’objet devient un enjeu critique, il prête à ironie, pose question sur le goût et l’art de son époque. Les produits sont détournés, valorisés.




*Dadaïsme "Le mot « Dada » n'a absolument aucune signification particulière en rapport avec le mouvement -trouvé au hasard dans un dictionnaire- ce dernier se voulant un pied de nez à la guerre et sa gravité, jugées absurdes. Le groupe d'artistes anticonformistes entend briser, par le biais du dadaïsme, les conventions imposées dans l'art et la littérature en vouant un culte à la liberté de création sous toutes ses formes. Son « principe » s'avère des plus intrigants : dans un contexte chaotique, ravagé par la Première Guerre mondiale, jouer à la manière de l'enfant avec les convenances, décontenancer par le biais de l'humour et de la créativité, oser l'extravagance et la dérision dans le but de dédramatiser. Le courant se propage en quelques années au niveau international. C'est en 1918 que le dadaïsme culmine. Le peintre et sculpteur Marcel Duchamp se joint au groupe zurichois, et donne un impact non négligeable au mouvement." Voir Dada Centre Pompidou

Marcel Duchamp
Voir Vidéo INA et Dossier pédagogique Centre Pompidou

Surréalisme

Nouveau réalisme 

Arte povera
Dossier pédagogique Centre Pompidou

 

Retour à l'accueil